Faut-il être végétarien ?

Grande question, à laquelle –autant vous le dire tout de suite– je ne vous donnerai pas de réponse claire d’ici la fin de cet article. J’estime que faire un tel choix est extrêmement personnel. Mais si, comme beaucoup, vous vous posez de temps en temps la question et que vous cherchez à vous informer sur le sujet, alors nous sommes dans la même démarche. Cet article vise donc à faire un (petit) point sur un grand débat.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les protéines animales n’ont pas la cote en ce moment. Entre le scandale de la viande de cheval vendue comme du bœuf, le rapport de l’OMS classant la viande rouge comme « probablement cancérogène pour l’homme », la surpêche et le déclin des ressources, les métaux lourds dans les poissons, l’impact de l’élevage sur le changement climatique, etc. il n’est pas surprenant d’avoir envie de supprimer les protéines animales de son alimentation. 

A ce stade, un petit rappel s’impose sur les différences entre végétarien, végétalien et vegan. Les premiers ne mangent pas de chair animale mais peuvent manger des produits issus des animaux comme les œufs, le lait ou le miel. De son côté, le végétalien supprime de son alimentation tous les animaux mais aussi ce qu’ils produisent. Quant au vegan, il ne consomme absolument aucun produit issu des animaux (viande, poisson, œufs, produits laitiers, miel mais aussi cuir, fourrure etc.).

Les raisons de devenir végétarien sont multiples mais on peut les classer en trois grandes catégories :  celle d’ordre philosophique ou religieux, celle d’ordre écologique et celle liée à la santé. Dans la première catégorie, on trouve tous ceux qui s’opposent à la souffrance des animaux –qui ont une capacité à la ressentir très proche de celle des humains– ou ceux pour qui il s’agit d’un interdit religieux. En Inde, 40% de la population est végétarienne, notamment de nombreux pratiquants Hindous et Bouddhistes.

Côté écologie, la filière de l’élevage dans son ensemble est accusée d’être à l’origine de 14,5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (FAO). Soit un peu plus que le secteur des transports. L’élevage est aussi extrêmement gourmand en eau (1 kg de céréales nécessite une tonne d’eau, 1kg de volaille 4 tonnes et 1kg de bœuf 15,5 tonnes)  et en céréales. Les partisans du mode de vie végétarien brandissent aussi son impact négatif sur la faim dans le monde, arguant que les céréales dédiées à l’élevage auraient pu servir à nourrir des hommes.

Troisième et dernière grande catégorie : la santé. La viande rouge est-elle vraiment cancérigène ? Le rapport de l’OMS a lancé une véritable polémique. Pourtant, on sait depuis longtemps que l’excès de viande n’est pas bon pour la santé. Comme l’a expliqué le regretté David Servan-Schreiber dans son excellent livre « Anticancer », les vaches et les poules sont elles aussi victimes de malbouffe, étant passées d’une alimentation basée sur l’herbe à une alimentation reposant principalement sur les céréales. Cela provoque un déséquilibre entre oméga-3 et oméga-6 (au profit de ces derniers) néfaste pour la santé.

Je n’aborde pas ici la question de savoir si l’homme est carnivore depuis la nuit des temps, qui, bien qu’intéressante, ne me semble pas aider à prendre une décision éclairée dans notre monde d’aujourd’hui. Personnellement, je me considère flexitarienne, soit quelqu’un qui mange occasionnellement de la viande et du poisson en faisant très attention à la qualité et en privilégiant la viande blanche (moins gourmande en eau et en ressources, et moins émettrice de gaz à effet de serre).

Cette attitude me vient à la fois de ma famille –où personne n’est végétarien mais où l’on a toujours mangé de la viande modérément et de qualité–, de mes inquiétudes quant à mon empreinte écologique, de mes discussions avec mes amis, aussi bien végétariens que carnivores, de mes lectures mais aussi de ma volonté de pouvoir manger d’à peu près tout lorsque je partage des repas en famille, entre amis, au restaurant et lorsque je voyage. Au final, je pense que la viande devrait redevenir le produit de luxe qu’elle était par le passé.

Répondre à Faut-il être végétarien ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s