Le charme discret de l’intestin

Voilà un livre que j’ai dévoré il y a déjà quelques mois et qui est depuis devenu un véritable best-seller bien au delà des frontières de l’Allemagne, où il a initialement été publié. J’imagine donc qu’un certain nombre d’entre vous l’auront déjà lu mais je ne pouvais pas m’empêcher de le chroniquer ici tellement il est génial. J’ai hésité à intituler cet article « Savez-vous bien faire caca? », titre provocateur s’il en est, mais qui résume bien l’humour décapant de ce bouquin. Car oui, il y a bien tout un passage (avec dessins à l’appui) sur comment aller correctement aux toilettes !

A l’origine de ce livre, une histoire personnelle : depuis son enfance, l’intestin de Giulia Enders lui en fait voir de toutes les couleurs. Intolérante au lactose dans ses jeunes années, elle développe à l’adolescence une maladie de peau qu’elle finit par guérir d’elle-même en changeant radicalement son alimentation. Bien décidée à élucider le mystère, elle entame des études de médecine, jusqu’à une thèse en gastroentérologie. Elle décide alors de partager ses recherches avec le grand public en écrivant ce livre. Elle y fait preuve d’un véritable don pour la vulgarisation, aidée par sa sœur, auteur des dessins désopilants qui rythment l’ouvrage.

Attendez-vous à en apprendre énormément en lisant ce livre. Giulia Enders vous fera découvrir le fabuleux fonctionnement de nos intestins, le grand voyage de la nourriture depuis la première bouchée jusqu’aux toilettes ou encore le monde complexe et encore si peu exploré des bactéries intestinales. Vous avez peut-être déjà entendu que notre intestin serait notre « deuxième cerveau ». En lisant ce livre vous comprendrez pourquoi certains scientifiques estiment que notre microbiote intestinal peut effectivement être considéré comme un organe à part entière.

« Le charme discret de l’intestin » est loin d’être seulement un ouvrage de vulgarisation scientifique. Vous y trouverez aussi tout un tas de conseils pratiques, qu’il s’agisse, comme je vous l’ai déjà dit, d’aller aux toilettes, mais aussi d’alimentation, d’allergies, d’intolérance ou encore de propreté. Oui, oui, de propreté. Car il s’agit de prendre soin de votre intérieur sans y exterminer toutes les bactéries. Comme l’explique Giulia Enders, « même les mauvaises bactéries peuvent être bonnes pour nous tant que notre corps peut les utiliser pour s’entraîner et garder la forme » !


« Le charme discret de l’intestin », de Giulia Enders, Actes Sud, 2015, 21,80

Répondre à Le charme discret de l’intestin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s